La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats à Quimper
  Qui sommes-nous ?  |  Conférences à venir  -  précédentes  |  Les conférenciers·cières  |  Contact - adhésion

Accueil > International > Les migrations

Les migrations

Table ronde au centre des Abeilles, 4 rue Sergent Le Flao, Quimper

En partenariat avec le Centre des Abeilles, Cicodes, Cent pour un toit en Cornouaille, Le collectif Droit d’Asile, Le temps partagé et La Cimade

vendredi 22 novembre 2019 19h00

Comprendre le contexte actuel des migrations, à la fois global et local (en Cornouaille), déconstruire les préjugés et idées reçues qui y sont liés, et promouvoir un engagement citoyen solidaire vis-à-vis des personnes migrantes.


En première partie de soirée projection du film « Le soleil se lève à Brest » de Gilles Blaize, une production de Bleu Iroise et TBO




Messages

  • Bonjour
    Je voulais savoir ,vu le nombre d’intervenants ...avertis ,s’il était opportun d’assister à cette réunion d’information sur un sujet dont j’ignore presque tout .

  • Bonjour,

    Je souhaite par ce message vous faire part de ma réflexion . Je pense cette table ronde utile.La question du bénévolat , de l’accueil et de l’accompagnement , de l’intégration est vaste et complexe.
    J’ai accompagné des familles migrantes dans leur intégration.
    Je connais des personnes qui accueillent des mineurs isolés.

    La question de l’accompagnement par des bénévoles est cruciale, importante puisque la volonté, l’énergie engendrée par le secteur associatif qui souhaite aider est parfois admirable.
    Je mets un bémol car je pense que primordialement la question de l’intégration passe par et en premier lieu par l’acquisition du Français, là dessus nous ne sommes pas bon en France.
    La connaissance du fonctionnement de notre pays : administratif, culturel est incontournable pour donner les clefs nécessaires pour que les "migrants" puissent se débrouiller.Viser leur autonomie est un des objectifs premier.Les soutenir, faire du lien social, amical oui certainement a du sens , les super protéger non . Ah les pauvres avec tout ce qu’ils ont vécus ...non pas ce discours .. l’ouverture, l’attention à leurs besoins, la santé psychique et physique oui, c’ est nécessaire d’y être attentif et de les orienter.Mais la distance juste pour être dans un accompagnement avec la visée de leur autonomie et un projet adapté à chacun-ne pour leur avenir dans ce Pays doit se faire avec l’aide et en lien avec les professionnels. Les bénévoles doivent se former et s’interroger sur comment ils accompagnent et les bonnes distances à avoir.Quand on constate des jeunes migrants mineurs ou pas qui vivent dans la rue ; cela n’est certes pas acceptable mais comment faire la différence entre ceux qui ont fui leur pays pour des raisons d’instabilité politique ou de guerre. Ils ont traversé la mer, des pays, en étant au contact de tant de dangers et voir ils ont subi bien des violences, de l’ esclavagisme, la prostitution etc.. Comment les dissocier de ceux qui pour d’autres raisons arrivent en avion ou par des voies normales et inventent une histoire où ils racontent une histoire fausse de réfugiés.Ceux là et ceux là seuls abusent de certains des bénévoles membres de certaines associations . A ce niveau il y a tromperie et abus, cela fait du tort à ceux qui ont besoin de nous. La naïveté, l’angélisme ne sont pas un service que nous rendons et va à l’encontre de ceux qui ont vraiment besoin d’aide et de soutien.
    C’est aussi ce sujet que je souhaite soit abordé lors de cette rencontre autour de la table ronde d’autant plus que les associations concernées sont présentes.
    Promouvoir un engagement citoyen solidaire vis-à-vis des personnes migrantes, je suis convaincue de cette nécessité , le bénévolat ou le professionnel doivent être au clair avec son engagement et savoir ce qu’il peut offrir en compétences, en temps , en humanité . Se connaitre au mieux et définir son engagement dans un cadre présentant des garanties éthiques pour lui même et les personnes accompagnées est nécessaire.
    Ceci est une réflexion liée à mon expérience vécue dans le cadre de mon engagement auprès des migrants.J’ai trop souvent entendu me dire oui mais nous ne sommes que bénévoles et ne point vouloir s’interroger sur son engagement.Moi, je pense que dès lors que nous sommes intervenants quel que soit son statut de professionnel ou de bénévole , nous nous devons jamais oublier que nous agissons auprès d’humains cela demande à être exigeant avec soi et de la clarté avec soi même.
    A bientôt je serais présente à cette soirée
    Cordialement

    Michelle



Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, boite à lettres n°65, 1 allée Mgr Jean-René Calloc'h, 29000 Quimper
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0