La Liberté de l'esprit La liberté de l'esprit
Association créée en 1989
Contribuer au débat citoyen sur les questions de société
Conférences et débats à Quimper
  Qui sommes-nous ?  |  Conférences à venir  -  précédentes  |  Les conférenciers·cières  |  Contact - adhésion

Accueil > Politique > Jean-François Draperi

Jean-François Draperi

géographe, sociologue, enseignant-chercheur au Cnam

Le "social" est-il un business ? 

jeudi 17 mars 2022 18h00

co-organisée avec le Mouvement Associatif de Bretagne, ADESS Cornouaille-pôle de l’Economie sociale et Solidaire, Espace Associatif de Quimper, Ligue de l’enseignement, CAE Chrysalide, ACTES en Cornouaille et La liberté de l’esprit


Jean-François Draperi, géographe, sociologue, enseignant-chercheur au Cnam, rédacteur en chef de la revue RECMA jusqu’en 2021, auteur de "Ruses de riches" (Payot / 2020) et « Le fait associatif dans l’occident médiéval » (Le bord de l’eau/ 2021).

 Comment les associations et l’ESS créent-elles de la richesse ?
 La coopération est-elle l’opposé de la compétition ?
 Le monde associatif doit-il trouver son modèle économique dans l’économie marchande ?
 Quelles articulations sont-elles envisageables entre service public, tiers secteur et économie marchande ?
 Comment les associations répondent -elles aux besoins des territoires ?
 Comment les lois du marché s’immiscent-elles le champ du social ?

Entre 5 000 et 13 000 milliards de dollars par an : bienvenue dans le monde très cynique du business social… Le business social  ? C’est nouveau, ça vient des États-Unis, et ce n’est pas très social. Une date  ? Depuis l’an 2000. Un objectif  ? Appliquer les méthodes du capitalisme financier aux activités sociales. Des moyens  ? Les grandes fondations, les start-ups sociales, la théorie dite BOP, et l’art de détourner le sens des mots qui ont un sens (émancipation, environnement, écosystème, coopération, intérêt général). Un risque  ? La mort du lien social. Une conséquence  ? L’augmentation de la fortune des plus riches et l’accroissement des inégalités.

Partant d’une vraie question : pourquoi ceux qui ont le plus contribué à casser l’économie réelle sont-ils ceux qui, quelques années après, prétendent résoudre la question sociale  ?, ce livre ne critique évidemment pas la sincérité des projets des start-ups sociales, mais il nous alerte sur l’un des nouveaux visages du capitalisme pour que nous ne participions pas involontairement à une idéologie que nous réprouvons profondément. Exemples à l’appui, il rappelle qu’il existe depuis longtemps des alternatives efficaces, fondées sur un autre modèle que les riches combattent. Et si l’on osait se passer des riches  ?






Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

La liberté de l'esprit, boite à lettres n°65, 1 allée Mgr Jean-René Calloc'h, 29000 Quimper
SPIP | | Suivre la vie du site RSS 2.0